Une efficacité avérée à un coût compétitif

Mélanger le sol contaminé en place avec un réactif en poudre à base de Bauxaline® permet de fixer la pollution localement et d’empêcher sa propagation par lixiviation  .

Des sols stériles depuis des décennies du fait de la phytotoxicité des métaux présents peuvent être à nouveau végétalisés, ce qui permet d’éviter l’érosion et l’entrainement mécanique de pollution. Ce procédé peut s’appliquer sur tous les sols pollués aux métaux.

Il faut empêcher la lixiviation   de polluants métalliques depuis des sols contaminés si l’on veut améliorer la qualité de l’eau. On peut utiliser des dérivés de résidus de bauxite ou de la Bauxaline® directement.

Technologie : un réactif en poudre est mélangé au matériau contaminé pour lier de façon définitive les métaux présents.

Avantages : le réactif est sans impact sur la santé ou l’environnement, un atout par rapport aux solutions d’inertage conventionnelles.


Traitement du sol d’une ancienne conserverie industrielle 

Il a permis de diviser par 1 000 la lixiviation   des métaux et de rendre le sol à nouveau inerte. Le traitement de boues contaminées a réduit la lixiviation   du Zinc et du Cadmium de 10 000 à moins de 100 ppb.

Suivi d’un pilote de traitement des eaux et des sols

Un site d’essai (photo) de 60 m² a été aménagé dans les résidus miniers de St Félix (Gard) et la moitié a été traitée à la Bauxaline® modifiée.

Cette parcelle montre une croissance de la graminée semée au printemps 2014, alors que la parcelle témoin est pratiquement sans végétation comme depuis 50 ans.

Ci-contre, en juin 2015, phytostabilisation 458 jours après semis (photo Ineris).

JPEG - 612.5 ko

Missions équipe scientifique :


INERIS Méditerranée (PACA, Languedoc Roussillon, Corse, Pays du Maghreb)

  •  Traitement des sols par la Bauxaline® au laboratoire, en lysimètre et en essai de terrain
  • Végétalisation des sols traités


Avantages Bauxaline® comparés aux autres solutions


 
Bauxaline® ou dérivés Extraction et mise en décharge Hydro cyclonage Liant hydraulique : solidification Phytoremédiation
Objectif

Fixer la pollution et la rendre insoluble et non disponible pour la flore/faune

Déplacer le sol/déchet posant problème dans une décharge contrôlée
Séparer la fraction fine, qui contient la pollution, pour réduire le volume à gérer Figer physiquement la pollution via la prise d’un liant de type chaux ou ciment Utiliser les plantes pour extraire la pollution (phytoextraction) ou stabiliser les sols (phytostabilisation)
Procédé Apport de la quantité déterminée de Bauxaline® ou dérivé (typiquement 10%) puis mélange avec le sol/déchet en place Extraction et mise en décharge de classe adaptée. Aménagement du site Hydrocyclone puis gestion de l’eau plus ou moins contaminée. Séchage des matériaux. Evacuation en filière de la fraction fine Mélange avec apport de liant et d’eau. Nécessite une grande quantité de liant si granulométrie   grossière. Attention aux polluants entraînés par l’eau Sélection, préparation, plantation, entretien. Gestion de la biomasse générée (évacuation en filière, ou incinération et gestion des cendres contaminées)
Temps de mise au point Quelques semaines (essai labo) Quelques jours Quelques mois (essai labo puis pilote) Quelques semaines Quelques années (déterminer les rares plantes adaptées, les multiplier sur site- sinon les souches résistantes perdent ce caractère)
Efficacité Effective après quelques jours Effective dès réalisation Effective dès réalisation Effective après quelques jours Diminution progressive de la pollution pour la phytoextraction. Significative après typiquement 5 ans
Aspects économiques

Typiquement 10 à 20€/t de sol traité

De coûteux à très coûteux si déchet dangereux (>200€/t pour la mise en décharge, transport à ajouter …) Variable : traitement coûteux mais peut être assez intéressant si peu de fraction fine concentre le problème De 30€/t à beaucoup plus si grouting pour des traitements en profondeur. Le sol est consolidé pour des constructions ultérieures Coûteux en frais d’étude et de gestion a posteriori du site
Effet sur la végétation Liberté complète du choix des espèces Liberté complète du choix des espèces après avoir reprofilé le site et apporté de la terre végétale Liberté complète du choix des espèces après avoir reprofilé le site et apporté de la terre végétale Un apport de terre végétale en surface est nécessaire Seules les espèces survivant à la toxicité du site sont implantables
Pérennité et suivi

Pérennité à long terme, sans surveillance (le sol/déchet étant traité dans la masse)

Pas de surveillance nécessaire pour le site si toute la zone impactée est traitée Pas de surveillance nécessaire pour le site si toute la zone impactée est traitée Pérenne sur quelques décennies Suivi nécessaire sur la durée

Etudes et expérimentations

Etude

Le traitement d’un stock d’anciens déchets miniers lixiviant beaucoup de métaux (Plomb à 25mg/kg et Cuivre à 600 mg/kg) a été évalué à 15€/m3 de déchet traité, bien inférieur à toutes les solutions envisageables.

Expérimentations INERIS

Laboratoire témoin sol traité/sol non traité

53 jours après le semis - 13/05/2014

JPEG - 591.7 ko

Résultats obtenus en mini lysimètres non traité et traité 

78 jours après le semis - 02/09/2014

JPEG - 3.3 Mo

Site d’essai de 60 m2 Mine de St Félix (Gard)

Parcelle traitée avec Bauxaline® modifiée/parcelle stérile non traitée. Phytostabilisation 458 jours après le semis - 24/06/2015 - photo Ineris

JPEG - 612.5 ko