Gérer les eaux avec un suivi permanent

Plus de 180 000 m3 d’eaux pluviales sont recyclés chaque année


Cela équivaut environ à la consommation d’eau annuelle de 3 000 personnes

Projets environnementaux du site de Mange Garri


L’objectif de ces aménagements est de limiter les infiltrations plus fortement que cela n’est fait actuellement, de récupérer davantage ces eaux et de prévoir un dispositif capable de stocker des pluies d’ampleur centennale ou déca-milléniale

La résurgence de Valabre ne présente pas de risque sanitaire


Les analyses montrent que les eaux sont conformes aux critères d’eau potabilisable

La circulation des eaux dans le massif est en cours d’études


Celle-ci est réalisée sous l’autorité du BRGM. Le préfet en a fixé le cahier des charges


Alteo s’engage auprès des citoyens de Bouc-Bel-Air


L’entreprise Alteo Gardanne et la mairie de Bouc-Bel-Air ont signé le 1er septembre 2015 une charte qui installe un dispositif participatif pour le suivi et la surveillance du site de stockage de Mange Garri

Plus de 180 000 m3 d’eaux pluviales sont recyclés chaque année

Une partie des eaux de pluie s’évapore tout au long de l’année. Les eaux d’infiltration récupérées dans les drains et celles tombant sur les bassins 5 et 6 sont canalisées vers le bassin de sécurité (7). En cas de fortes pluies, ce bassin peut également recevoir des eaux provenant de l’usine de Gardanne. Une partie des eaux du bassin 7 est pompée vers l’usine pour intégrer le cycle de production. Une autre partie alimente l’arrosage permanent de la plage de ce bassin afin de limiter les envolements de poussières.

JPEG - 47 ko


Ainsi, environ 180 000 m3 d’eau de pluie sont recyclés vers l’usine chaque année et non prélevés sur le réseau d’eau public. Cela équivaut environ à la consommation d’eau annuelle de 3 000 personnes. Source : Centre d’information sur l’eau.

Projets environnementaux du site de Mange Garri

Un arrêté préfectoral complémentaire prescrit à Alteo de réaliser des travaux afin d’améliorer la gestion des eaux sur le site de stockage de Mange Garri.

PNG - 1.6 Mo

Améliorer la gestion des eaux

L’objectif de ces aménagements est de limiter les infiltrations plus fortement que cela n’est fait actuellement, de récupérer davantage ces eaux et de prévoir un dispositif capable de stocker des pluies d’ampleur centennale ou déca-milléniale (phénomène pluvieux dont l’intensité serait telle qu’elle se produirait une fois en 100 ans ou en 10 000 ans) sans risque pour les digues.

Alteo, sur appel d’offres, a choisi Safege comme assistant à maîtrise d’ouvrage pour ces projets conséquents qui sont programmés entre le 2e semestre 2016 et la fin du premier semestre 2018. Ils sont répartis en 4 actions :

Projet #1 : création d’un bassin étanche sur le bassin 7

L’objectif de ce projet est de créer un bassin étanche de 110 000m3 de récupération des eaux de ruissellement des bassins 5, 6 et 7 sur le bassin actuel de récupération des eaux, à savoir le bassin 7. Il est conçu pour stocker des pluies d’ampleur centennale. Ce bassin sera composé d’une géo-membrane étanche.

Projet #2 : réfection de la digue bassin 4 vers le bassin 7

Le bassin 4 était une zone qui a été exploitée avant 1966. Sa digue entre le bassin 4 et bassin 7 doit faire l’objet d’une rénovation.

Projet #3 : création d’un fossé de collecte des eaux du bassin versant ouest

A ce jour, l’ensemble des eaux du bassin versant du site de Mange Garri sont envoyées vers le bassin 7. Or, dans une ICPE  , les eaux pluviales doivent être séparées des eaux susceptibles d’être polluées du fait de la gestion du site de stockage. Ainsi, un fossé sur la partie ouest du bassin versant en périphérie des bassins 5, 6 et 7 doit être créé et les eaux de ce ruissellement doivent être collectées vers le pied de la digue du bassin 7.

Projet #4 : création d’une surverse du bassin 7

Le bassin 7 est le point bas récupérant toutes les eaux du site d’exploitation de Mange Garri. En cas d’épisode pluvieux exceptionnel (susceptible de se produire tous les 10 000 ans), le point de débordement se trouverait au niveau de la digue du bassin 7. Safege va vérifier la tenue mécanique du barrage à cet épisode exceptionnel et une surverse va être mise en œuvre sur ce bassin 7.

Les études « avant-projet sommaire » (APS) ont été menées par Antea pour les projets 1, 2 et 3. Pour le déversoir de sécurité du bassin 7, une planche d’essai est en cours et l’APS sera réalisé ensuite.

La résurgence de Valabre ne présente pas de risque sanitaire

Cette résurgence est due au drainage d’une partie des eaux de pluie sur le versant de la colline. Elle surgit épisodiquement au pied du talus à la suite de périodes pluvieuses importantes et s’assèche en période d’étiage. Identifiée en février 2015, elle a été rapidement captée et reliée aux drains existants.

L’eau des puits et des forages environnants ne présente pas de risque sanitaire.

Des prélèvements trimestriels sont effectués sur les puits situés autour de la résurgence d’eau, à proximité du site de stockage de résidus de bauxite de Mange Garri (puits, forages, piézomètres). Ils permettent de suivre, sur un an, l’évolution des concentrations en différentes substances des eaux des puits, comparativement aux valeurs définies dans l’arrêté préfectoral du 11 janvier 2007.

Les analyses montrent que les eaux sont conformes aux critères d’eau potabilisable (pouvant devenir facilement potable). Le plus souvent, l’eau dans la nature, en montagne par exemple, est potabilisable et non potable.

Des dépassements de seuil sur certains paramètres ont été relevés sur l’eau de certains puits. Le lien avec le site de Mange Garri n’est pas avéré compte tenu de l’absence dans les puits des marqueurs caractéristiques ou exclusifs des produits stockés par Alteo sur le site.

A la demande des services de l’Etat, Alteo étend ces analyses sur d’autres puits autour de Mange Garri.

La résurgence n’est pas en contact avec la nappe phréatique profonde

Elle est isolée de la nappe phréatique profonde par les couches d’argile imperméable qui sont présentes dans le sous-sol « D’après les études de synthèse réalisées par le BRGM   entre 2004 et 2010, le bassin d’Aix-Gardanne comprend un empilement de réservoirs séparés par des terrains considérés comme imperméables. » Etude hydrogéologique réalisée par Antea.

 

JPEG - 20.8 ko


La circulation des eaux dans le massif est en cours d’études

Suite à la découverte de cette résurgence, Mme la ministre de l’écologie « a demandé au préfet de soumettre à tierce-expertise indépendante l’étude hydrogéologique sur l’étanchéité du stockage de résidus solides. » source communiqué Ministère 7 avril 2015. Celle-ci est réalisée sous l’autorité du BRGM  . Le préfet en a fixé le cahier des charges. Le BRGM   a analysé le protocole d’études proposé par un cabinet spécialisé ainsi que tous les rapports que celui-ci produit.

L’objectif est de mieux connaître la circulation des eaux sur l’ensemble du massif et d’identifier les éventuelles infiltrations des eaux du site de Mange Garri.

Il s’agira de statuer sur l’impact réel du site sur la qualité des eaux souterraines.

JPEG - 148.7 ko

Alteo s’engage auprès des citoyens de Bouc-Bel-Air

JPEG - 159.4 ko
Richard Mallié, maire de Bouc-Bel-Air et Eric Duchenne,
directeur des opérations Alteo

L’entreprise Alteo Gardanne et la mairie de Bouc-Bel-Air ont signé le 1er septembre 2015 une charte qui installe un dispositif participatif pour le suivi et la surveillance du site de stockage de Mange-Garri.

Ce dispositif a pour objectifs d’améliorer la compréhension des activités sur ce site de stockage et de faciliter les échanges avec l’ensemble des habitants de la commune.

Les deux comités citoyens créés par cette charte auront pour rôle d’aborder l’ensemble des enjeux environnementaux du site. En outre, le comité de riverains de Mange-Garri sera partie prenante dans le suivi et l’évaluation des actions visant à lutter contre les envolements de poussière.

Ce plan d’actions prévoit notamment un dispositif d’arrosage pour figer les poussières au sol, un programme de végétalisation, des essais d’encroûtage des sols et l’optimisation du plan de gestion du site afin de réduire la taille des zones à risque d’envolement.

Cette charte met également en place un dispositif d’alerte permettant aux Boucains de contacter directement Alteo en cas de problème sur le site.

Ainsi, cette charte, par le biais des deux comités, donne la possibilité à l’ensemble des citoyens de Bouc-Bel-Air de contribuer à l’amélioration de l’efficacité des dispositifs en place et à venir.

JPEG - 57.6 ko